Principal

Platine

Média

Nationaux

Nationaux

Le lundi 19 mars 2012

18 h 00 –21 h 00
SOIRÉE IMMOBILIÈRE DE L’IDU 

Fairmont Le Reine Elizabeth – Grand Salon

La plus importante soirée annuelle de réseautage de l’industrie immobilière – 600 décideurs y seront présents.


Le mardi 20 mars 2012

7 h 15
INSCRIPTION ET PETIT DÉJEUNER CONTINENTAL
8 h 00
INTRODUCTION

Guy Charron, Président, IDU Québec

MOTS DE BIENVENUE ET D’OUVERTURE 

Bill Tresham, Président, Investissements, Ivanhoé Cambridge


8 h 05
SURVOL DE L’ÉCONOMIE MONTRÉALAISE : PERSPECTIVES POUR 2012 ET LES ANNÉES À VENIR

Une présentation approfondie sur les fondements de l’économie canadienne en général et la performance de Québec et Montréal en particulier. Quelles seront les tendances de l’emploi, de la situation démographique, des taux d’inflation, des taux d’intérêt, des coûts de l’énergie et des autres prix des marchandises pour l’année 2012, et au-delà ? Quels secteurs constituent le moteur de la création d’emplois au Québec ? Que devrions-nous surveiller ? Comment les perspectives de Montréal se comparent-elles avec celles d’autres grandes villes canadiennes ? Comment les prévisions économiques du Québec se comparent-elles à celles du reste du Canada et des États-Unis ?

Matthieu Arseneau, Économiste principal, Banque Nationale


8 h 35
LES TENDANCES MONDIALES ET LEURS CONSÉQUENCES SUR L’INVESTISSEMENT IMMOBILIER : COMMENT L’INCERTITUDE DANS LA ZONE EURO, AUX ÉTATS-UNIS ET SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS AFFECTERA-T-ELLE L’ÉCONOMIE CANADIENNE ?

Un examen des principales tendances économiques mondiales et de leurs implications potentielles pour les investisseurs canadiens et le secteur immobilier en 2012. Que se produira-t-il potentiellement en Europe au cours de la prochaine année ? Est-ce que la zone euro sera en mesure de surmonter les défis de la crise de la dette ou verrons-nous plutôt une récession européenne ? Est-ce que la Chine, l’Inde, le Brésil et les autres marchés émergents seront en mesure de soutenir leur croissance, ou leurs économies ralentiront-elles ? Les États-Unis continueront-ils à montrer des signes de reprise, ou l’incertitude en Europe et dans les marchés émergents aura-t-elle des implications négatives pour les États-Unis et, finalement, pour l’économie canadienne ? De quoi les investisseurs canadiens devront-ils se préoccuper au cours de l’année 2012 ?

Paul Fenton, Économiste en chef, Caisse de dépôt et placement du Québec


9 h 00
INFRASTRUCTURES À MONTRÉAL : SE PRÉPARER AU GRAND BOOM DE 33 MILLIARDS $

L’un des principaux éléments qui alimentent l’économie et la croissance d’une région métropolitaine est le secteur des infrastructures. Leur rôle est de répondre aux besoins des habitants et des commerces et de permettre le déplacement des marchandises, des services et des individus. Une vague importante d’activité est prévue dans la région de Montréal, qui comprend la construction et la modernisation des routes, des ponts, du transport en commun, des super-hôpitaux et plus encore. Plus de 175 projets d’une valeur de 16,5 milliards de dollars sont destinés à ce marché, et la plupart de ces projets devraient être achevés au cours des six prochaines années. Si nous ajoutons à cela le plan de 20 ans pour la réparation du réseau d’aqueduc de la ville et le remplacement du pont Champlain et de l’échangeur Turcot, l’investissement total en infrastructures s’élève à 33 milliards de dollars.

Trois présentations aborderont les perspectives de ce projet colossal visant une amélioration considérable des infrastructures de Montréal, et son implication pour la croissance, le développement et la collectivité dans son ensemble. Il sera également question du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) et de la manière dont se compléteront le PMAD et les principaux projets institutionnels, de transport et de travaux publics.

Allocution d’ouverture:
Jacques Filion, Sous-ministre associé, Direction régionale de Montréal et de l’Ouest, Ministère des Transports du Québec

Conférenciers :
Helen Fotopulos, Présidente de la commission de l’aménagement de la Communauté métropolitaine de Montréal et membre du comité exécutif de la Ville de Montréal

Michel Leblanc, Président et chef de la direction, Chambre de commerce du Montréal métropolitain


10 h 00
RAFRAÎCHISSEMENTS

10 h 25
SÉANCES SIMULTANÉES (CHOISIR A1, A2 ou A3)
Séance A1:
L’ÉVOLUTION DU MARCHÉ DES IMMEUBLES DE BUREAUX DE MONTRÉAL : TRANSFORMATION IMPORTANTES DANS LES MILIEUX DE TRAVAIL ET DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX IMMEUBLES

Cette séance mettra l’accent sur les principales tendances du marché des immeubles de bureaux de la Grande région de Montréal. Pour comprendre ce qui se passe du côté de la demande, les principales tendances de l’immobilier d’entreprise seront étudiées, dont les suivantes : Comment l’utilisation des espaces de bureaux change-t-elle à mesure que les entreprises cherchent à augmenter leur productivité ? Quels nouveaux usages et nouvelles stratégies voit-on apparaître dans le milieu de travail ? Quelle est l’importance des mesures visant à améliorer la performance écologique des milieux de travail ? Du côté des développeurs et des investisseurs : Combien de nouveaux projets sont susceptibles de voir le jour au centre-ville de Montréal ? Quel est leur échéancier ? Où se dirigent les taux d’inoccupation, les taux d’actualisation et les autres facteurs qui sous-tendent les marchés de la location et de l’investissement en ce moment ? Comment la situation des liquidités et la conjoncture économique affectent-elles ce marché ? Que se produira-t-il vraisemblablement dans ce marché en 2012 ?

Animateur : 
Brett Miller, Vice-président exécutif et directeur régional – Est du Canada, CBRE Limitée

Panel :
Lloyd Cooper, Premier vice-président, Cushman & Wakefield ltée.
Richard Hylands, Président, La Corporation immobilière Kevric
Avrum Miller, Vice-président, Immobilier corporatif, Groupe CGI inc.

Daniel D. Peritz, Premier vice-président, Montréal et Ottawa, Canderel


Séance A2:
FINANCEMENT PAR EMPRUNT BON MARCHÉ ET DISPONIBLE : DANS QUELLE DIRECTION LES ÉCARTS SE DIRIGENT-ILS ? QUE NOUS RÉSERVE L’AVENIR DES MARCHÉS DU CRÉDIT ?

Une table ronde qui portera sur le marché des capitaux et examinera ce à quoi les emprunteurs peuvent s’attendre pour le reste de 2012, et au-delà. Qu’est-ce qui attire des sommes plus importantes de capitaux vers le marché immobilier ? Nous dirigeons-nous à nouveau vers un marché surcapitalisé avec trop de crédit disponible ? Que recherchent les fournisseurs de capitaux à Montréal en 2012 ? Comment sont-ils susceptibles d’évaluer une transaction et d’y attribuer un prix ? Quelles catégories d’immeubles les prêteurs évitent-ils ? Envers quelles catégories réduisent-ils leur exposition ? Comment les stratégies adoptées par les fonds de pension, les compagnies d’assurance et les autres investisseurs institutionnels diffèrent-elles des stratégies adoptées par les sources privées de capitaux ? Qu’en est-il de la disponibilité du financement mezzanine et d’autres sources secondaires de financement ? La discussion portera aussi brièvement sur le financement et les prêts liés aux projets de construction pour les actifs et les projets de moindre envergure. Des études de cas de transactions réelles seront également utilisées pour expliquer le marché.

Animateur :
André Shareck, Associé, Le Groupe Redbourne

Panel :
Ross Di Vita, Vice-président adjoint et directeur régional, Services des hypothèques, Succursale de Montréal, Financière Manuvie
Vince Faustini, Directeur régional, Québec, L’Équitable, Compagnie de fiducie

Andrée Roy, Directrice régionale, Financement immobilier, Otéra Capital

Michael Sutherland, Directeur et Chef d’équipe, Groupe Financement Immobilier, Est du Canada, CIBC


Séance A3:
COMPRENDRE LE MARCHÉ DES COPROPRIÉTÉS DE MONTRÉAL : A-T-IL ATTEINT UN SOMMET OU CONTINUERA-T-IL DE CROÎTRE ?

Pendant plusieurs années, les copropriétés ont été plus populaires dans d’autres villes canadiennes qu’elles ne l’ont été à Montréal. Bien que certains projets aient vu le jour à Montréal, la proportion du nombre total de copropriétés par rapport à celui du marché du logement dans son ensemble n’était pas significative. Cette séance examinera la récente croissance soutenue de ce phénomène urbain à Montréal. La première présentation donnera un aperçu de ce marché, y compris un aperçu de la situation démographique et d’autres facteurs qui influencent la demande et qui sont responsables de cette flambée. Un panel discutera ensuite d’un large éventail de questions. Quelles ont été les principales tendances qui ont contribué à la popularité croissante des copropriétés à Montréal ? Y a-t-il des risques à l’horizon quant au surplus de produit ? Quels sont les formats qui attirent le plus fort intérêt de la part des acheteurs ? Y a-t-il des difficultés particulières lorsqu’un développement à usage mixte comprend des condominiums résidentiels ?

Animateur :
Pierre Laliberté, Conseiller senior en immobilier, Groupe Altus 

Panel :
René Bellerive, Président, Groupe Kevlar
Stéphane Côté, Président, DevMcGill

Samuel Gewurz, Président, La Corporation Proment
Kevin Hughes, Économiste régional, Québec, Société canadienne d’hypothèques et de logement


11 h 30
SÉANCES SIMULTANÉES (CHOISIR B1, B2 ou B3)
Séance B1:
LA REFONTE DU MARCHÉ IMMOBILIER DE DÉTAIL : LES NOUVEAUX FORMATS, L’IMPACT DES NOUVEAUX DÉTAILLANTS ÉTRANGERS ET LA NERVOSITÉ DES CONSOMMATEURS

Une table ronde qui examinera le marché montréalais des immeubles de commerce de détail, du point de vue des investisseurs, des propriétaires, des promoteurs et des locataires. Quelle est la situation de l’équilibre offre-demande en ce moment eu égard aux divers types de formats de vente au détail, de l’intérêt des locataires œuvrant dans ce marché et des dépenses des consommateurs ? Quel a été l’impact des projets développés à Laval et sur la Rive-Sud (comme le Quartier DIX30) ? Comment se comporte le marché de l’Ouest-de-l’Île ? Les nouveaux développements à usage mixte apporteront-ils un peu de vigueur supplémentaire au commerce de détail du centre-ville ? Quelles nouvelles chaînes et quels nouveaux formats sont attendus à Montréal ? Comment les détaillants existants se préparent-ils pour faire face à ces tendances ? Dans quelle mesure l’incertitude économique pose-t-elle problème pour les consommateurs, les propriétaires et les détaillants ? Quel est le niveau d’investissement et de développement attendu dans ce marché au cours des prochaines années ?

Animateur :
Jean-François Grenier, Directeur senior, Groupe Altus

Panel : 
Marie-Andrée Boutin, Vice-présidente, Immobilier et planification des magasins, Le Groupe Aldo
Tyler Harden, Vice-président, Location, Groupe Harden
Sal Iacono, Vice-président principal, Aménagement et Portefeuille de l’est du Canada, Cadillac Fairview
Jean Laramée, Vice-président principal, Portefeuille Est de l’Amérique du Nord, Ivanhoé Cambridge

Séance B2:
LE BOUILLANT MARCHÉ DES TERRAINS CONNAÎTRA-T-IL UN REFROIDISSEMENT EN 2012, OU L’INTÉRÊT DES INVESTISSEURS SE MAINTIENDRA-T-IL ?

L’intérêt pour l’acquisition de terrains et de sites pour de nouveaux projets ou des réaménagements demeure soutenu. Cette séance débutera par un bref aperçu des volumes, valeurs et tendances transactionnels de sites et d’édifices industriels, commerciaux et résidentiels à des fins de développement dans la Grande région de Montréal. Une discussion suivra sur les principaux facteurs qui ont mené cette augmentation de l’activité transactionnelle et de l’intérêt des investisseurs. Quels éléments seront nécessaires pour que cette tendance se maintienne en 2012 ? Qui seront les acheteurs les plus actifs et quelles sont leurs stratégies, en définitive ? Qui seront probablement les vendeurs ? À quel point est-il difficile d’obtenir des capitaux pour financer les transactions immobilières portant sur des terrains ? Les acheteurs sont-ils prêts à assumer un risque quant au changement de zonage ? Que peuvent faire les municipalités pour encourager l’investissement immobilier quant aux terrains et l’activité de développement en milieu urbain en général ?

Animateur :
Michal Kuzmicki, Associé directeur, Brookfield Financial

Panel :
Mathieu Collette, Directeur, Groupe Altus
Gilles Lecours, Chargé de projet, Fonds immobilier de solidarité FTQ

Marc-André Roy, Président, Sotramont
Marie-Josée Vaillancourt, Vice-présidente, Développement, Groupe AXOR Inc.


Séance B3:
LES MESURES VISANT À RENDRE LES IMMEUBLES EXISTANTS ET LES NOUVEAUX DÉVELOPPEMENTS PLUS VERTS SE JUSTIFIENT DE MIEUX EN MIEUX SUR LE PLAN DES AFFAIRES—MAIS CES MESURES CRÉENT-ELLES RÉELLEMENT DE LA VALEUR AJOUTÉE POUR LES PROPRIÉTAIRES ET LES LOCATAIRES ?

L’intérêt pour l’écologisation d’immeubles nouveaux et existants a considérablement augmenté au Canada au cours des dix dernières années. Pratiquement tous les nouveaux immeubles commerciaux sont conçus et construits pour répondre à une certaine forme de certification (LEED ou autre). Compte tenu de cette situation, quelles sont les options pour les autres 99 % d’immeubles existants à l’égard de l’amélioration de leurs performances énergétiques et environnementales, afin de rivaliser avec ces nouveaux développements ? Quelles ont été les principales raisons derrière la hausse de cet intérêt ? La demande des locataires est-elle la principale force motrice derrière cette tendance ou est-ce plutôt dû au fait que l’analyse de rentabilité est devenue plus convaincante ? Un immeuble vert crée-t-il plus de valeur ? Cette séance donnera un bref aperçu de l’activité de construction écologique à Montréal, abordera les grandes tendances en matière d’écologisation d’immeubles nouveaux et existants, et dévoilera ce que nous avons appris au cours des dernières années sur les avantages économiques et les retombées de ces stratégies pour les investisseurs et les locataires.

Animateur : 
Michael Stones, Vice-président, Région de l’est, Oxford Properties Group Inc.

Conférencier :
Christian Yaccarini, Président et Chef de la Direction, Société de développement Angus

Panel :
Annie Gagnon-Larocque, Associée, McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l.
Sylvain Pilon, Vice-président et directeur général, GDI-Montcalm Inc. 
Anik Shooner, Architecte associée, MENKÈS SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX Architectes


12 h 30
RAFRAÎCHISSEMENTS
DÉJEUNER

13 h 25
PRÉSENTATION DES PRIX D’EXCELLENCE DE L’IDU QUÉBEC

13 h 40
CONFÉRENCIER D’HONNEUR: UN AVANTAGE CONCURRENTIEL CLÉ POUR MONTRÉAL – UNE VILLE RECONNUE POUR L’INNOVATION

Pourquoi Montréal a-t-elle été désignée « la capitale culturelle du Canada » par Monocle Magazine, nommée une Ville UNESCO de design et classée parmi les premiers 10 % des 289 villes du monde selon l’Innovation Cities Index ? Pourquoi la créativité est-elle un service que Montréal peut exporter à l’échelle mondiale ?

Une présentation par le dirigeant de l’une des plus remarquables entreprises montréalaises ayant des activités au niveau mondial — un leader mondial en matière de créativité. La longue liste de clients de Sid Lee comprend adidas, le Cirque du Soleil, Dell, Red Bull et MGM Grand.

Conférencier d’honneur :
Jean-François Bouchard
, Président et associé principal, Sid Lee


14 h 20
SÉANCES SIMULTANÉES (CHOISIR C1, C2 ou C3)
Séance C1:
LA POLARISATION DU MARCHÉ IMMOBILIER INDUSTRIEL PERSISTE : LES ESPACES MODERNES À TRÈS GRANDE HAUTEUR LIBRE FACE AUX ANCIENS IMMEUBLES DÉSUETS

Cette séance fera d’abord un survol des tendances d’investissement actuelles et projetées, ainsi que des taux d’inoccupation et d’absorption dans le secteur industriel de la Grande région de Montréal. Une discussion comparative suivra quant aux marchés situés en périphérie de l’île (ex. la Rive-Sud et Laval), en considérant les défis auxquels font face les marchés plus mûrs à proximité de la ville (par ex. Saint-Laurent, Pointe-Claire, Lachine et l’Est de l’Île). Qu’en est-il du niveau de la demande pour les espaces industriels et où se situe cette demande ? Le secteur industriel attire-t-il un large éventail d’investisseurs ? Si oui, de qui s’agit-il et de quels taux parle-t-on ? À quel niveau d’activité de développement peut-on s’attendre ? Que réserve l’avenir pour les propriétés industrielles qui ne répondent pas aisément aux besoins du marché actuel ? Quelles sont les perspectives du secteur industriel de Montréal pour les 12 prochains mois ?

Animateur :
Arnold Fox, Premier vice-président, Colliers International (Québec) Inc.

Panel :
Michel Cohen, Président, Les immeubles Vista
George Geracimo, Vice-président, Gestion de portefeuille, KingSett Capital 
Thierry Lessoil, Directeur général, Immobilier, Financière Sun Life
Jacques Métivier, Président, Groupe immobilier Redcliff


Séance C2:
TRAVAILLER, VIVRE, JOUER ET APPRENDRE : COMMENT LES DÉVELOPPEMENTS À USAGE MIXTE, L’INTENSIFICATION ET LA RÉUTILISATION ADAPTATIVE CONTRIBUENT-ILS À CETTE TENDANCE ?

« Les régions les plus efficaces et les plus productives sont celles dans lesquelles les gens pensent et travaillent —et non pas celles où les gens sont pris dans la circulation. L’évolution vers le noyau urbain est en augmentation dans les grandes villes à travers le Canada. La prochaine décennie verra une plus grande concentration de personnes, et une augmentation de la densité et la formation accélérée de grappes industrielles, de travail et d’innovation dans les villes. S’ensuivra alors des opportunités économiques de plus en plus concentrées. » Richard Florida

Toute collectivité vigoureuse dispose d’un noyau à usage mixte vibrant et fort où les gens se rassemblent, où le commerce, la culture, les sports, le divertissement, l’éducation et l’inspiration se rencontrent. Cette session examinera comment les forces économiques, démographiques et sociales contribuent à l’évolution de Montréal, et les conséquences principales de ces tendances pour l’investissement immobilier et l’activité de développement à l’avenir. Quel type de projets novateurs et réussis voit-on poindre pour tirer profit de la migration des populations vers les zones urbaines ? Quels sont les facteurs qui expliquent la tendance vers plus de développements à usage mixte ? Comment le concept de « travailler, vivre, jouer et apprendre » s’applique-t-il au marché du centre-ville de Montréal ?

Animateur :
André G. Plourde, Président, Groupe Immobilier de Montréal inc. 

Conférenciers :
Richard Diamond, Premier vice-président, Canderel
Claude Marcotte, Associé principal, Groupe IBI 
Rob Spanier, Premier vice-président, LiveWorkLearnPlay


Séance C3:
L’ACTIVITÉ D’INVESTISSEMENT DANS LE MARCHÉ DE MONTRÉAL : LES NIVEAUX RECORD DES VALEURS DE L’ANNÉE DERNIÈRE SE MAINTIENDRONT-ILS EN 2012 ?

Cette séance présentera un débat entre experts sur l’activité d’investissement dans le marché montréalais. La séance débutera par un bref aperçu de certaines transactions phares des douze derniers mois. Le panel abordera une série de questions, dont les suivantes : Quels ont été les principaux défis lors des acquisitions réalisées dans ce marché ? Quelles sont les différences entre les problèmes rencontrés par un investisseur institutionnel, un fonds de capital d’investissement ou un fonds de placement immobilier lors de l’acquisition d’immeubles, en ce moment ? Sommes-nous à un point où il y a tout simplement trop de liquidités disponibles sur le marché ? Quel sera le niveau des taux d’actualisation d’ici la fin de l’année 2012, par rapport aux prix d’aujourd’hui ? Quels types de produit privilégiez-vous le plus et quels sont ceux qui sont susceptibles d’offrir les meilleurs rendements ? Est-il possible de créer de la valeur en acquérant des sites et des immeubles moins attrayants et en y décelant un potentiel que personne d’autre ne voit ? Comment les tendances d’investissement à Montréal se compare-t-elles avec celles des autres grands marchés canadiens ?

Animateur :
Armand Des Rosiers, Directeur général, RBC Marchés des Capitaux – Groupe Immobilier 

Panel :
Michel Bouchard, Co-chef des Opérations, Le Groupe Redbourne
Sylvain Charpentier, Chef, Placements immobiliers, Régime de retraite d’Hydro-Québec 
Joe Mazzocco
, Associé, Investissements, KingSett Capital
Ron Perlmutter, Vice-président, Investissements, Primaris Retail REIT


15 h 20
MONTRÉAL : UNE ÉCONOMIE EN PLEIN ESSOR
CE QUE LES CADRES DU SECTEUR IMMOBILIER DOIVENT SAVOIR AU SUJET DES INDUSTRIES CLÉS POUR LA CROISSANCE DE LA VILLE ET SA COMPÉTITIVITÉ AU NIVEAU MONDIAL

Deux éléments essentiels que l’on retrouve dans de nombreuses villes florissantes d’aujourd’hui sont une gamme diversifiée de moteurs économiques robustes, jumelée à une population et à une culture dynamiques qui inspirent et qui attirent un large éventail de résidents instruits. Dans une économie de plus en plus mondialisée, Montréal est en concurrence avec d’autres villes au Canada et dans le monde au niveau de l’investissement et du positionnement. Quels avantages Montréal présente-t-il pour attirer les entreprises et les gens qui permettent à la ville de prospérer et de grandir ? Dans quelle mesure Montréal a-t-il atteint un niveau de reconnaissance qui le positionne avantageusement sur la scène mondiale parmi les autres grandes villes ? Quels secteurs clés de l’industrie sont les moteurs de la création d’emplois dans cette ville ? Puisque l’industrie de l’immobilier est tributaire de cette conjoncture économique, elle se doit de comprendre les tendances afin d’y répondre avec les produits appropriés. Cette séance examinera plusieurs éléments importants de l’économie montréalaise qui ne sont pas nécessairement visibles pour la plupart des gens.

Animateur :
Bill Tresham
, Président, Investissements, Ivanhoé Cambridge

Panel :
Suzanne M. Benoît, Présidente-directrice générale, Aéro Montréal
Une personne sur 95 dans la région du Grand Montréal œuvre directement au sein de l’industrie aérospatiale. Compte tenu de l’expertise qui se trouve dans la région de Montréal, un avion complet peut être fabriqué et assemblé dans un rayon de 30 km de la ville—le seul endroit au monde où cela est possible.

Yves Pelletier, Président du Conseil d’Administration, TechnoMontréal
Plus de 5 000 entreprises, 120 000 emplois et 25 milliards de dollars en revenus sont générés par l’industrie des technologies de l’information et des communications dans la Grande région de Montréal. Ce secteur représente 70 % des emplois dans la région, ce qui place Montréal à égalité avec Boston, Seattle et San Francisco parmi les villes nord-américaines avec la plus importante concentration d’emplois technologiques à grande valeur.

Frank Béraud, Directeur, projets et communications, Montréal InVivo 
La grappe des sciences de la vie, de la pharmaceutique et des technologies de la santé comprend plus de 600 organisations, dont 80 filiales d’entreprises étrangères et 150 organismes de recherche. Quelque 3 000 chercheurs et 6 000 étudiants-chercheurs dans le domaine des sciences de la vie travaillent dans 19 centres, 11 groupes et 18 réseaux thématiques.

Jacques St-Laurent, Président-directeur général, Montréal International
Saviez-vous que Montréal est un est un important pôle commercial, aérospatial, financier, pharmaceutique, technologique, minier, forestier, conceptuel, culturel, touristique et cinématographique, ainsi qu’en ce qui a trait aux affaires internationales ? 


16 h 20
RÉCEPTION ET RÉSEAUTAGE