Programme 2015

Titre

Principal

Or

jeudi 15 octobre 2015

7 h 15
INSCRIPTION ET DÉJEUNER

8 h 00
MOT DE BIENVENUE ET D’OUVERTURE

Andrew Cross, Éditeur, Espace Magazine

Président de la conférence:

Michael Stones, Vice-président, Gestion immobilière, Oxford Properties Group


8 h 05
MISE À JOUR ÉCONOMIQUE DU MARCHÉ MONTRÉALAIS : PERSPECTIVES POUR 2016

Cette présentation portera sur la performance et les perspectives économiques de la ville de Montréal, ainsi que sur les principales tendances émergeant dans ce marché. Quels sont les moteurs de l’économie locale qui performent bien et qui prennent de l’ampleur, actuellement? Que prévoit-on en matière d’emploi et de croissance démographique à Montréal? Comment les projections concernant Montréal se comparent-elles à celles des autres grandes villes canadiennes ?

Christian Bernard, Économiste en chef, Montréal International


8 h 30
COMMENT LE MARCHÉ DE LA LOCATION D’IMMEUBLES DE BUREAUX, INDUSTRIELS ET DE COMMERCE DE DÉTAIL SE PORTE-T-IL À MONTRÉAL? QUEL EST LE NIVEAU DU VOLUME DES TRANSACTIONS ACTUELLEMENT?

Quel est le rythme de croissance de la location et de l’investissement à Montréal en ce moment? Y a-t-il eu des transactions dignes de mention? Quelles sont les perspectives pour les espaces de bureaux, de commerce de détail, et les immeubles industriels et multi-résidentiels pour le reste de l’année? Quel est le niveau de l’activité de développement en cours? Quel est le statut de ces projets de développement? Qu’en est-il de la situation du marché, incluant les taux d’inoccupation, d’absorption et d’actualisation?

Michael Stones

Laurent Benarrous

Gina Mastromonaco

Gabrielle Saine

Animateur :
Michael Stones, Vice-président, Gestion immobilière, Oxford Properties Group

Panel :

Laurent Benarrous, Associé, Avison Young
Gina Mastromonaco, Vice-présidente associée, Courtier immobilier, CBRE Limitée
Gabrielle Saine, Courtier immobilier, NAI Commercial


9 h 30
RAFRAÎCHISSEMENTS

10 h 00
SÉANCES SIMULTANÉES (Choisir A1, A2 ou A3)
SÉANCE A1:
LA MUTATION DU MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL ET LES FORMATS TRADITIONNELS : LES NOUVEAUX LOCATAIRES, LA DEMANDE EN ZONE URBAINE, LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET LES CENTRES COMMERCIAUX DE MAGASINS D’USINE (« OUTLETS »)
Le marché canadien du commerce de détail continue de connaître une période de mutation radicale. Alors que certains détaillants américains et européens continuent de faire leur entrée au Canada, d’autres chaînes canadiennes et étrangères ferment leurs portes. Certains experts prédisent le déclin et l’obsolescence potentielle des mégacentres commerciaux. Quel degré de risque le commerce électronique pose-t-il et envers quel segment du commerce de détail? Les statistiques démontrent que, contrairement aux consommateurs américains, les achats en ligne des consommateurs canadiens représentent moins de 3 % du total des ventes au détail. Quelles stratégies de type « multicanal » les détaillants exploitent-ils? Comment les centres commerciaux régionaux se transforment-ils pour répondre aux besoins des consommateurs d’aujourd’hui, démographiquement diversifiés? Quel impact le développement de condominiums en zone urbaine a-t-il sur les formats des commerces de détail urbains qui cherchent à desservir ce nouveau segment de marché? Comment les détaillants traditionnels s’adaptent-ils à cet environnement urbain? Comment le marché du luxe est-il segmenté? Quelles sont les innovations qui font leur apparition sur le marché? Avez-vous besoin d’une présence en ligne avant d’ouvrir un magasin au Canada? Une présence en ligne est-elle essentielle à la réussite dans le marché du commerce de détail montréalais?

Manon Parisien

Éric Fortier

Tyler Harden

Luc Lavigne

Domenic Vincenti

Animatrice :
Manon Parisien, Vice-présidente principale et chef de l’exploitation, Consultants immobiliers Aurora

Panel :
Éric Fortier, Vice-président, Location – commerce de détail, FPI Cominar
Tyler Harden, Associé principal, Vice-président, Location, Harden
Luc Lavigne, Vice-président, Location nationale, La Corporation Cadillac Fairview Limitée
Domenic Vincenti, Associé, Blouin Vincenti agence immobilière


SÉANCE A2:
VOUS ENVOYEZ/RECEVEZ UN BAIL STANDARD; TRAVAILLEZ-VOUS AVEC LE BON OUTIL? VOUS AIMERIEZ EN AVOIR UN, EST-CE UNE BONNE IDÉE?

Pourquoi les baux standards pour des propriétés comparables ont entre 10 et 60 pages?  Savez-vous d’où vient votre bail standard? Quels sont les principaux défauts des baux standards d’aujourd’hui? Est-ce qu’un bail standard doit être « raisonnable »? Doit-on n’en avoir qu’un seul, applicable à tous les scénarios? Quand et qui doit réviser un bail standard; comment procéder? Comment un courtier réagit-il lorsqu’il l’envoie à la partie adverse ou qu’Il le fait suivre à son client? Serait-il envisageable que le Québec ait un bail standard pour tous (dans chacun des créneaux bureau, commerce de détail et industriel)?

Au cours de ce panel, l’avocat interne du bailleur et du locataire qui utilisent un bail standard ainsi que le courtier qui travaille avec ce document vont discuter des avantages et inconvénients d’utiliser un standard et de la façon dont ils voient et travaillent un bail standard en 2015, compte tenu des contraintes de coût, de temps et de la technologie d’aujourd’hui.  Doit-on joindre ce document à l’offre ou à la lettre d’intention? Que veut vraiment dire :  « Ce n’est pas négociable, c’est dans mon standard »? Quand le bail négocié entre deux parties devient le « standard » entre elles.  Quels sont les critères qui justifient d’avoir un bail standard?  Y a-t-il d’autres alternatives?  Bien que le bail standard soit un document longuement réfléchi, il contient des clauses qui ne veulent pas dire grand-chose et d’autres qui font sourire.

Le bail standard ne doit pas être un document statique. Ne le soyez pas non plus et venez avec vos commentaires et suggestions pour nous aider à faire en sorte qu’une transaction, faite avec un bail standard, se fasse dans les meilleures conditions, dans les meilleurs délais et au meilleur coût.

Denis Paquin

Philippe Colivas

Anne-Marie Côté

Chantal Desjardins

Caroline Dupras

Animateur :
Denis Paquin, Associé, Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l.

Panel :
Philippe Colivas, Vice-président, Légal, Groupe MTY
Anne-Marie Côté, Directrice, Affaires juridiques, Ivanhoé Cambridge
Chantal Desjardins, Avocate et Médiatrice, Cabinet juridique Chantal Desjardins Inc.
Caroline Dupras, Avocate, Conseillère principale, Mouvement Desjardins


SÉANCE A3 :
LA NÉGOCIATION DES BAUX DANS LE MARCHÉ ACTUEL : COMMENT COMPRENDRE LES ENJEUX, RÉSOUDRE LES PROBLÈMES CLÉS ET CONCLURE LA TRANSACTION
Quels sont les enjeux et les points de friction qui surviennent lors des négociations dans les conditions actuelles du marché et quels sont les arguments utilisés par les parties pour trouver un terrain d’entente? Comment déterminer le LNE dans le contexte de location actuel? Quels sont certains des principaux problèmes soulevés lors des négociations, en ce moment? Que peut-on faire pour résoudre ces différends? Existe-t-il des procédés créatifs permettant de clore une transaction plus facilement, et avec succès? Quels sont les styles de négociation qui peuvent être particulièrement efficaces? Quelle est l’importance de circonscrire les résultats souhaités avant le début des négociations? Combien de temps faut-il pour finaliser une transaction? Dans quelles circonstances un propriétaire offrirait-il une mesure incitative ou une allocation dans le marché actuel? Comment les transactions et les activités de location peuvent-elles être influencées par différents types de gestionnaires d’actifs?

Jack Fattal

Louis-Martin Dubé

Andrew Maravita

André Plourde

Frédéric Seigneur

Animateur :
Jack Fattal, Vice-président, Affaires juridiques, Groupe Jesta

Panel :
Louis-Martin Dubé, Associé, Lavery de Billy
Andrew Maravita, Directeur général, Région de Montréal, Colliers International
André Plourde, Président, Groupe immobilier (Montréal . Québec)
Frédéric Seigneur, Vice-président, Location, FPI BTB


11 h 00
SÉANCES SIMULTANÉES (Choisir B1, B2 ou B3)
SÉANCE B1:
OÙ SE DIRIGENT LES MARCHÉS DES IMMEUBLES DE BUREAUX DU CENTRE-VILLE ET DE LA BANLIEUE?

Comment le marché des immeubles de bureaux du centre-ville de Montréal a-t-il performé dernièrement, compte tenu de l’intérêt croissant des locataires envers le marché situéen périphérie de la ville? Quelle est la quantité d’espace inoccupé, actuellement, sur le marché? Quel impact les nouveaux immeubles auront-ils sur le marché? La demande absorbera-t-elle la majorité des nouveaux espaces? Comment les gestionnaires d’immeubles plus anciens de catégorie A réagissent-ils? Où les LNE se dirigent-ils en ce moment? Quelles sont les tendances qui se dessinent à long terme? Quel est le profil des locataires qui sont attirés par le centre-ville et les nouveaux espaces qui s’y trouvent? À quoi pouvons-nous nous attendre en 2016? Quel est le niveau de succès obtenu par les propriétaires, ainsi que les courtiers qui les représentent, quant au changement d’image et au repositionnement des immeubles de bureaux plus anciens (de catégorie B et C), par rapport aux immeubles de catégorie A? Dans quelle mesure les locataires suscitent-ils un accroissement de la demande pour des immeubles plus écologiques? Quels sont les points de vue des propriétaires du marché montréalais quant à l’adaptation de leurs immeubles existants afin d’améliorer leur performance environnementale?

Marie-France Benoit

Christian Charbonneau

Luisa Gianino

Mike Jager

Denis Perreault

Animatrice :
Marie-France Benoit, Directrice principale, Altus InSite, division du Groupe Altus

Panel :
Christian Charbonneau, Premier vice-président, CBRE Limitée
Luisa Gianino, Directrice, Location, Canderel
Mike Jager, Directeur, Développement des affaires, Le Groupe Montoni
Denis Perreault, Associé et directeur général, Avison Young


SÉANCE B2:
LES DROITS ET RECOURS DES LOCATAIRES ET DES PROPRIÉTAIRES : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR DANS LE MARCHÉ ACTUEL
Les droits et recours des parties sont des éléments importants dans un bail commercial. Ils peuvent représenter des points de discorde entre les bailleurs et les locataires. Cette séance examinera des questions très variées, en commençant par cinq scénarios de défaut qui reviennent fréquemment : Quelles sont les réactions de chacune des parties ? Qu’est-ce qui est raisonnable, et comment les avocats gèrent-ils ces clauses lorsqu’il y a défaut ? La séance examinera également les différences et les pratiques les plus récentes en matière de droits d’expansion, les droits de contraction, la résiliation anticipée, les droits de premier refus, les droits de première offre, les clauses de colocation, les exclusivités, les options de renouvellement et d’autres outils de location immobilière. Qu’exigent les locataires dans le marché actuel, et pourquoi? Quelles sont les sources de conflit les plus courantes, entre un propriétaire et un locataire, quant aux droits spéciaux, et comment ces conflits peuvent-ils être évités lors du processus de rédaction ? Les bailleurs, et les locataires tentent d’introduire de la flexibilité et du contrôle dans leurs baux. Comment ces intérêts opposés peuvent-ils coexister ? Comment les avocats gèrent-ils ces clauses lorsqu’il y a défaut ? Qu’en est-il du droit de résiliation en cas de faillite, dans tout cela? Découvrez comment ces questions sont abordées du point de vue des propriétaires, des locataires et des avocats dans les conditions actuelles du marché.

Julie Lanteigne

Elias Benhamou

Luciano D’Iorio

Joëlle Sebag

Catherine Vourakis

Animatrice :
Julie Lanteigne, Associée, De Grandpré Chait S.E.N.C.R.L.

Panel :
Elias Benhamou, Associé principal, Davies Ward Phillips & Vineberg S.E.N.C.R.L., s.r.l.
Luciano D’Iorio, Président, Services immobiliers Terramont inc.
Joëlle Sebag, Vice-présidente et conseillère juridique, Gestion Canderel
Catherine Vourakis, Directrice, Location, FPI Dream Office


SÉANCE B3:
QUELLES SONT LES INNOVATIONS QUI ÉMERGENT ACTUELLEMENT QUANT AUX LIEUX DE TRAVAIL? QU’EST-CE QUE CELA IMPLIQUE POUR LES PROPRIÉTAIRES ET LES LOCATAIRES?

Les locataires sont fortement axés sur des lieux de travail qui favorisent une productivité optimale et qui permettent d’attirer et de retenir leur atout le plus précieux : leurs employés. La rétention des employés est un élément clé pour tout locataire et cette rétention est l’une des raisons pour lesquelles les locataires établissent un lien entre les lieux de travail, l’engagement des employés et les valeurs de l’organisation. Cette séance explorera les tendances actuelles quant à la manière dont les planificateurs d’espace, les designers d’intérieur, les architectes et les manufacturiers sont en mesure d’extraire le maximum de valeur des lieux de travail d’aujourd’hui. Quels sont les autres enjeux et les priorités des entreprises qui recherchent des lieux de travail conçus pour favoriser une plus grande productivité? Pour quelles raisons d’affaires les locataires et les propriétaires recherchent-ils de tels lieux de travail, et quel est le rôle de la réflexion stratégique dans la prise de décision? Dans quelle mesure les nouvelles tendances touchant les lieux de travail réduisent-elles actuellement l’empreinte des locataires? Quelles seront les conséquences de ces innovations sur le marché des espaces de bureaux?

Erik Langburt

Terry Fraser-Reid

Gina Iaquinta

Katia Lemay

Jocelyn Poirier

Animateur :
Erik Langburt, Vice-président, Location et investissements, Cushman & Wakefield

Panel :
Terry Fraser-Reid, Vice-président, Développement, La Corporation Cadillac Fairview Limitée
Gina Iaquinta, Vice-présidente, Développement des affaires – Aménagement corporatif, Aedifica
Katia Lemay, Conseillère en développement, Planification et Transactions, Portefeuille immobilier, Mouvement Desjardins
Jocelyn Poirier, Directeur général, Stikeman Elliott S.E.N.C.R.L., s.r.l.


text
RAFRAÎCHISSEMENTS

12 h 00
PETITES TABLES RONDES – AVEC LES EXPERTS ET VOS PAIRS !

Profitez de cette occasion pour participer à des discussions informelles abordant des questions juridiques, les tendances du marché et l’activité transactionnelle. Posez des questions aux experts, obtenez un aperçu de stratégies éprouvées et partagez vos expériences avec vos pairs. Vous aurez l’occasion de faire partie de l’un des groupes de discussion suivants par le biais des tables rondes qui auront lieu immédiatement après le déjeuner.

Choisissez parmi l’un des sujets de discussion suivants:

  1. Le marché des bureaux du centre-ville et les nouveaux développements
  2. Le marché de la location industrielle
  3. Les tendances du marché des locaux de vente au détail
  4. Les droits des locataires et des propriétaires durant les rénovations/démolitions d’un immeuble
  5. Les immeubles « verts » : une mise à jour
  6. Cinq clauses de bail qui ne reçoivent pas le respect qu’elles méritent
  7. Les défis associés à la location d’immeubles à vocation mixte

Plusieurs autres tables seront disponibles pour les personnes qui désirent simplement faire du réseautage.


13 h 00
TABLE RONDE JURIDIQUE SUR LES TENDANCES DU MOMENT ET LES PROBLÈMES COURANTS EN 60 MINUTES

Courtes séances animées qui couvriront en rafales une multitude de sujets parfois nébuleux que l’on rencontre inévitablement dans le processus de location. Chaque question sera traitée sous forme de débat entre la position du bailleur, et celle du locataire. Parmi les points abordés, mentionnons :

  1. Nos bonnes vieilles habitudes supplantées par une avalanche de courriels : L’offre de location est-elle en voie de disparition?
  2. Types de baux : Le vrai bail net est-il en déclin, et verrons nous de plus en plus de baux bruts ou semi bruts?
  3. Effets du rapport de forces vacillant dans un marché “pro-locataire” : Les bailleurs font-ils plus de concessions en ce moment? Si oui, lesquelles? Sinon, lesquelles devraient-ils faire pour attirer des locataires, sans y laisser leur peau? Qu’est-ce qui est “market” en ce moment?
  4. Un exemple d’anachronisme dans les baux : Peut-on parler de taxes d’affaires dans un bail de 2015 alors qu’il n’y en n’a plus depuis plus de 10 ans? Si oui, comment le faire?
  5. Quand on se dispute sur le contenu de l’avis de bail : Le bailleur peut-il limiter ce qu’un locataire inclut dans son avis de bail, hormis la prohibition de mentionner le loyer et les autres clauses financières?
  6. La ceinture et les bretelles? Un locataire doit-il publier son renouvellement de bail, même si ses options sont déjà publiées dans l’avis de bail initial?
  7. Un autre mystère concernant les avis de baux : Est-il toujours vrai qu’une offre de location ne peut être publiée?
  8. Vos sûretés sont-elles en sécurité? Le bailleur peut-il toujours encaisser une lettre de crédit et peut-il garder un dépôt sans soucis, en cas de faillite du locataire?
  9. La question du jour : Qui, du bailleur ou du locataire, a l’obligation de recenser l’amiante et de tenir un registre à ce sujet, selon la règlementation de la CSST?
  10. La question du jour (#2) : Les clauses de médiation et d’arbitrage sont-elles encore requises (et même souhaitables) dans les baux, vu le nouveau Code de procédure civile du Québec.

Stéphanie Beauregard

Steven Chaimberg

René Gauthier

Conférenciers :
Stéphanie Beauregard, Avocate, Delegatus services juridiques inc.
Steven Chaimberg, Associé, Miller Thomson S.E.N.C.R.L.
René Gauthier, Associé, Cain Lamarre S.E.N.C.R.L.

Garanties dans les baux commerciaux
Journal des débats de la Commission des institutions
Règlementation concernant l’amiante sur les lieux de travail


14 h 00
SÉANCES SIMULTANÉES (Choisir C1, C2 ou C3)
SÉANCE C1:
SÉANCE DE GROUPE INTERACTIVE : REPOSITIONNER UN ACTIF EXISTANT

Pratiquement tous les nouveaux développements dans le marché actuel sont conçus avec la certification LEED, ou une autre mesure de performance sur le plan environnemental. Cependant, la construction neuve ne représente qu’un faible pourcentage du parc immobilier. Quelles sont les options qui s’offrent aux immeubles existants, quant à l’amélioration de leur performance énergétique et environnementale en général? Quelles mesures les propriétaires d’immeubles existants peuvent-ils prendre pour améliorer l’efficacité opérationnelle, les attraits et l’image de leurs immeubles, pour que leurs espaces demeurent concurrentiels sur le marché? Que pouvez-vous faire avec des immeubles de catégorie B ou C afin de maintenir ou d’améliorer leur valeur sur le marché? Cette séance examinera des stratégies de gestion d’actifs, de marketing et d’investissement spécifiques qui peuvent être utilisées pour repositionner un immeuble afin d’augmenter son attrait vis-à-vis des locataires et sa valeur pour les propriétaires. Une approche interactive sera utilisée pour explorer ce thème en détail avec tous les participants par la voie de tables rondes, et pour communiquer leurs commentaires à un groupe de dirigeants œuvrant dans le domaine de la gestion d’actifs.

Georges Renaud

Paul Normandin

Anthony O’Brien

 Dan Rejwan

 Colin Worrell

Animateur :
Georges Renaud, Vice-président, Développement des affaires, Stratégique Solutions Immobilières

Panel :
Paul Normandin, Vice-président, Crofton Moore
Anthony O’Brien, Directeur général principal, Amérique du Nord, Groupe Jesta
Dan Rejwan, Directeur, Finance, Gestion immobilière Redbourne Inc.
Colin Worrell, Directeur, Location, Allied Properties REIT


SÉANCE C2:
L’IMPACT DU NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE DU QUÉBEC SUR LES BAUX COMMERCIAUX : CE QUE LES PROPRIÉTAIRES, LES COURTIERS, LES AVOCATS ET LES LOCATAIRES DOIVENT SAVOIR

Marie-France Desrochers

Nathalie Bédard

Julie Desrochers

Céline Tessier

Animatrice :
Marie-France Desrochers, Vice-présidente, Services corporatifs, NKF Devencore

Panel :
Nathalie Bédard, Associée, Donati Maisonneuve S.E.N.C.R.L.
Julie Desrochers, Associée, Gowling Lafleur Henderson S.E.N.C.R.L., s.r.l.
Céline Tessier, Associée, Séguin Racine


SÉANCE C3:
LA LOCATION D’IMMEUBLES INDUSTRIELS : S’AGIT-IL D’UN RETOUR EN FORCE DANS LA GRANDE RÉGION DE MONTRÉAL?
La séance débutera par un bref aperçu de la demande dans le marché industriel montréalais : la logistique et l’entreposage d’une part, et les usages plus lourds, d’autre part. Quelles sont les principales tendances de ce marché de location? Quel est le volume transactionnel prévu? Quelles transactions de location récemment conclues peuvent être citées en exemple? Comment le marché de la location est-il différent, si l’on compare Laval et la Rive-Nord, la Rive-Sud, l’Ouest-de-l’Île et d’autres sous-marchés? Quel type d’espace devient obsolète et quel type d’espace demeure viable? Comment les besoins des locataires industriels évoluent-ils et quelles sont les initiatives récentes mises en œuvre par les propriétaires pour répondre à ces besoins? Comment les valeurs des immeubles de catégories B et C ont-elles été touchées au cours de la dernière année? Que nous réserve l’avenir pour ces types d’immeubles et d’autres catégories d’immeubles considérés obsolètes? Les grands centres de distribution sont-ils des éléphants blancs potentiels? Quel a été l’impact du programme incitatif « PRAM-Industrie » offert par la Ville de Montréal?

Animateur :
Erik Charton, Vice-président principal, Industriel, JLL

Panel :
Joe Iadeluca, Vice-président principal, Gestion de portefeuille, Dream Industrial REIT
Gil Kastner, Vice-président, Location et développement des affaires, Société immobilière Landmark
Béatrice Roquet, Vice-présidente, Colliers International


15 h 00
LE MARCHÉ DE LA LOCATION AU COURS DES DOUZE PROCHAINS MOIS : QUELLES STRATÉGIES LES CHEFS DE FILE DE L’INDUSTRIE NOUS SUGGÈRENT-ILS?

Cette discussion portera sur le développement des stratégies de location adoptées par les propriétaires pour attirer des locataires, que ce soit par des travaux de rénovation qui sortent de l’ordinaire, ou en misant sur le caractère exceptionnel de leur immeuble. L’éventail des pratiques de gestion d’actifs, des politiques et des stratégies immobilières dans le marché d’aujourd’hui peut être assez large, selon les types de propriétaires, allant des FPI et des conseillers de fonds de pension aux investisseurs passifs de capitaux propres et aux entreprises privées. Un défi à surmonter est la façon dont une entreprise immobilière parvient à se développer dans un marché où il y a eu une baisse de l’activité d’investissement et où les nouveaux développements ne sont plus viables. Est-ce que les propriétaires doivent maintenant tenter de tirer une plus grande valeur de leurs actifs existants? Cette séance examinera comment la gestion d’actifs, les transactions et les activités de location font partie intégrante de la croissance de la VAN d’un immeuble. Les discussions porteront sur un large éventail de sujets, y compris l’importance de la qualité de l’exploitation immobilière pour retenir les locataires et améliorer l’image de marque du propriétaire dans un marché de location très compétitif, et comment les propriétaires utilisent les rénovations créatives et le positionnement de leurs immeubles afin d’attirer des locataires. Quelle est l’importance de la rétention des locataires pour les propriétaires et les gestionnaires d’immeubles? Quels sont les critères et indicateurs clés utilisés par les propriétaires pour évaluer la performance de leur portefeuille immobilier?

Michael Stones

Mario Bédard

Michel Bouchard

Bruce Burnett

Peter Picciola

Animateur :
Michael Stones, Vice-président, Gestion immobilière, Oxford Properties Group

Panel :
Mario Bédard,
 Premier vice-président, Québec et Maritimes, Bentall Kennedy (Canada) LP
Michel Bouchard, Vice-président exécutif, Opérations, Carbonleo
Bruce Burnett, Président, Antrev Management & Consulting Inc.
Peter Picciola,
 Vice-président, Location de bureaux – Québec, Ivanhoé Cambridge


16 h 00
CLÔTURE DE LA CONFÉRENCE

Les Prix d’excellence en immobilier de l’IDU suivra la clôture de la conférence au Palais des congrès de Montréal

* un billet doit être acheté pour cet événement